frendeitjako

Grandmaster Flash

Joseph Saddler ou Grandmaster Flash est un musicien considéré comme un des pionniers du Rap, du Hip hop, du Scratch et du remix. Il est l'inventeur de certaines techniques comme le cutting. Toujours inventif, le DJ utilise ses pieds et ses orteils pour scratcher.
Joseph est né le 1er janvier 1958 à la Barbade mais a grandi à New York dans le quartier du Bronx.

Sa rapidité et sa dextérité sont à l'origine de son surnom Flash (comme Flash Gordon), ainsi que son habileté à changer de disques avec les pieds, les mains derrière le dos lui valent le titre de Grandmaster.
Il avait acquis cette dextérité en remarquant qu'un autre DJ, Kool Herk, se trompait souvent au moment de passer un disque. Il décida donc d'apprendre les techniques des DJs de discothèque, notamment le fait d'écouter le disque que l'on s'apprête à passer avec des écouteurs.

Grandmaster Flash était souvent plus occupé à changer ses disques qu'à encourager le public à danser comme le faisaient les autres DJs des Block-Parties. Il décida alors de demander à des amis de le faire à sa place. Bientôt, ceux-ci eurent assez de ne faire rien d'autre que d'encourager le public et décidèrent de raconter d'autres thèmes comme leur vie dans le ghetto.

De plus, Grandmaster Flash est celui qui a perfectionné le scratch.
Il forme son propre groupe à la fin des années 70 composé de Cowboy (Keith Wiggins) Melle Mel (Melvin Glover) - qui malgré son surnom est un homme - et Kid Creole (Nathaniel Glover). Deux autres MC arriveront par la suite, Rahiem (Guy Todd Williams - qui était membre des Funky 4+1) Scorpio (Eddie Morris) pour former Grandmaster Flash & the Furious Five. Ils gagnèrent un disque d'or avec Freedom après avoir signé sur Sugarhill Records en 1980.
En 1980, Blondie, dans « Rapture », chante « Flash is fast, Flash is cool ».
En 1981, il sort : « The Adventures of Grandmaster Flash and the Wheels of Steel ».
Leur plus grand hit fut The Message, en 1982, qui devint disque de platine en moins d'un mois.
Grandmaster quittera Sugar Hill Records en 1983 et le groupe sera plus ou moins dissout en 1984.

Media